Bannière
L’interprofession débride le rendement cognac à 12 hl AP/ha

L’interprofession débride le rendement cognac à 12 hl AP/ha

La filière du cognac a validé le 23 mai un rendement annuel 2017, réhaussé à hauteur de 12 hectolitres d’alcool pur par hectare.

Sur proposition de l’assemblée plénière de l’interprofession, l’Organisme de défense et de gestion (section du BNIC) a entériné le 23 mai un rendement annuel cognac de 12 hl AP/ha pour l’année 2017. Ces dernières années, jamais la filière n’a placé la barre aussi haut pour le rendement autorisé, hormis en 2013 (13,21 hl AP/ha dont 1,50 hl AP/ha de réserve de gestion). “Ce rendement autorisé libre est plus élevé pour   répondre à la forte demande des marchés” explique Jean-Bernard de Larquier, président du BNIC. Les chiffres parlent pour lui : les expéditions de Cognac poursuivent leur croissance à un rythme soutenu (+ 6,3 % en volume sur l’année mobile, arrêtée au 31 mars 2017). Au total, plus de 182 millions de bouteilles ont été expédiées au 31 mars 2017, pour un chiffre d’affaires de près de 2,9 milliards d’euros, départ Cognac.

Pour les viticulteurs toujours inquiets d’un éventuel retournement des marchés, Jean-Bernard de Larquier précise bien que le rendement est désormais “inclus dans le business plan”. “Vision d’avenir des deux familles Viticulture et Négoce pour leur filière (…), piloté au travers d’indicateurs liés aux prévisions de demande, de production et de stocks, le business plan permet de suivre les évolutions et de donner les bonnes orientations au développement de la filière” explique un communiqué du BNIC. Un développement qui se veut “maîtrisé sur le long terme”.

Pour Jean-Bernard de Larquier, il s’agit clairement “d’un clignotant au vert”, alors que “la profession se bat au quotidien en ce moment pour obtenir des mesures d’accompagnement aux viticulteurs touchés par le gel, fin avril. Nous venons de prendre connaissance de l’enveloppe de 3 millions d’euros affectée par la région Nouvelle-Aquitaine à ce dossier (lire en page 7) et il reste encore des discussions en cours sur d’autres possibilités”. Il fait référence aux mesures de report d'arrachage qui dépendent de FranceAgriMer, ainsi que le déblocage anticipé de la réserve de gestion.

Notons que l’épisode de gel des 27 et 28 avril derniers, qui se solde par un bilan de 40 000 hectares plus ou moins impactés dans la région délimitée, n’est pas pris en compte dans la détermination du rendement annuel Cognac 2017, mais fera partie des éléments utilisés pour le calcul du rendement en 2018.

Le rendement 2017 devra, lui, faire l’objet d’une validation du Crinao, présidé par Florent Morillon. Il devra ensuite être définitivement entériné et publié par arrêté interministériel.

 

Retrouvez en Juin notre guide de l'été
Retrouvez en Juin
notre guide de l'été
La Vie Charantaise
La Vie Charentaise
Abonnement couplage
Bannière